Coteaux historiques de la bataille de Normandie : boucle du hameau Sorel

Coteaux historiques de la bataille de Normandie : boucle du hameau Sorel

Espace Naturel Sensible
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Sur un itinéraire de 3,4 km aménagé et équipé de bornes numérotées, une promenade vous est proposée pour découvrir un paysage naturel remarquable dont les caractéristiques naturelles ont été décisives dans le dénouement de la bataille de Normandie.

Le départ du chemin est situé sous le Mémorial au niveau de la route communale en direction du bourg de Coudehard.
Une application sur smartphone « Mystères de l’Orne » (téléchargeable sur Playstore ou IOS) propose de découvrir autrement l’histoire, la géologie, la faune et la flore du site. Elle intègre des points d’étapes contenant de l’information et également une partie jeux avec des modes de traitement variés et ludiques (vidéos, animation 2 D, témoignages sonores,...).

Document associé


Les 10 patrimoines à découvrir

  • Point de vue

    Un panorama de la vallée de la Dives

    La forêt de Gouffern localisée sur un escarpement barre l’horizon.
    • À l’Ouest de la Dives, s’étend la plaine de cultures favorisée par le calcaire.
    • La rivière la Dives, traverse cette vallée d’est en ouest et constitue une coupure au milieu de la plaine.
    • Au nord, c’est le bocage qui domine avec ses prairies, ses haies bocagères, constitué de prés cernés de haies cloisonnant ainsi le paysage. Le sol hygromorphe lié à la présence de marne a avantagé la prairie.
    • Le réseau de chemin creux bordés d’arbres, est orienté perpendiculaire à la Dives.
    UN RELIEF DÉCISIF
    La vallée bordée de relief sur 3 côtés est de forme circulaire d’où le terme de « poche».
    La Dives : son franchissement par les troupes allemandes n’a pu se faire seulement qu’à 3 endroits.
    Le maillage bocager dense offrait peu d’alternatives de fuites pendant les bombardements.
    Au sommet de la cuesta, véritable barrière naturelle, les forces polonaises étaient positionnées pour fermer la nasse jouant ainsi un rôle de bouchon.
  • Histoire

    Une bove sous l'église

    L’église de Coudehard, du XVII° siècle, est bâtie sur une roche de couleur blanchâtre, la craie. Quant à la cavité qu’on y observe, il s’agit donc probablement d’une « bove » : une ancienne carrière artisanale, qui servit ensuite d’abri pour les animaux, mais aussi pour les hommes.

    ENTRE DEUX FEUX !
    Pendant les événements d’août 1944, cette bove a servi d’abri. Rescapées, ces personnes prises entre deux feux, ont évoqué avoir vécu l’enfer ! : « Au-dessus, des soldats polonais, alliés des Français, grenadent. En bas, c’est un véhicule blindé allemand qui riposte en tirant. »
  • Géologie

    La cuesta

    Vous voici au hameau Sorel, avec à droite la mairie de Coudehard. Une crête appelée cuesta se dresse au-dessus. On nomme " cuesta " ce type de relief non symétrique, avec un talus raide formant une côte et une pente douce du côté opposé.
    Des successions sédimentaires faiblement inclinées formées d'une alternance de couches tendres et de couches résistantes à l'érosion donnent naissance à un relief en cuestas.

    La cuesta comprend :

    • un front, plus abrupt, dû à l’interruption de la couche résistante - ici la craie
    • une dépression longeant le pied de l’abrupt et creusée dans les couches tendres ici les marnes
    • un revers qui correspond au dos de la couche résistante inclinée.
    • Géologie

      La source

      Au pied de la cuesta, la présence d’une couche d’argile donne naissance à de nombreuses sources, d’ailleurs ici, la laîche à pendule, plante des milieux humides l’atteste. La laîche ou carex forme des touffes denses et robustes aux longues feuilles coupantes. Les fleurs sont groupées en épis sur une tige, dont la section n’est pas cylindrique mais triangulaire. C’est avec ses feuilles qu’on réalise le cerclage du fromage le « Livarot ».
    • Histoire

      Le dernier combat

      Le 21 août 1944, le paysage que vous contemplez a été le témoin d’affrontements. Pour s’extraire de cette nasse, les forces allemandes tentent une manœuvre de diversion en lançant des soldats à l’assaut de la cuesta. La bataille fait rage, face à eux les soldats polonais ouvrent le feu et bientôt ils tirent à bout portant, laissant un grand nombre de soldats morts au pied de la colline.
    • Faune

      Vous avez dit chiroptères

      Nous voici sur la partie la plus abrupte de la cuesta, avec par endroits
      de véritables falaises de craie avec de nombreuses cavités. Ce type d’environnement est propice aux chiroptères : les chauves-souris, d’ailleurs 13 espèces y sont recensées. Dans les pays tempérés, les chauves-souris hibernent : les fonctions de leur corps ralentissent et leur température diminue beaucoup. Elles économisent leur énergie, pour passer la mauvaise saison malgré l’absence de nourriture. Leur gîte est souvent une cavité : sûre, obscure, assez humide et à température stable. Les chauves-souris chassent des insectes la nuit. Ici les lieux de chasse sont nombreux et les proies abondantes.
    • Flore

      Une flore spécifique

      Sur les secteurs très pentus et bien exposés, le fort ensoleillement et la présence du sol calcaire drainant offrent des conditions de chaleur et de sècheresse favorables à des espèces caractéristiques comme le thym serpolet, l’origan dont certaines sont rares et protégées.
    • Flore

      Drôle de trogne

      Tout au long du chemin, vous allez observer des arbres aux formes curieuses, fruit d’une technique de taille. Les nombreuses cavités de ces arbres sont favorables à de nombreux animaux, oiseaux, insectes…
      1. Lorsque l’arbre a atteint une taille suffisante, on coupe l’ensemble des branches.
      2. Suite à cette coupe, de nouvelles branches repoussent au sommet.
      3. Tous les 10 à 15 ans, les branches sont coupés.
    • Flore

      La prairie du souvenir : une prairie fleurie

      Ici, où tant de soldats trouvèrent la mort en 1944, le Département de l’Orne a entrepris la restauration de ce lieu en leur mémoire. Aujourd’hui, la prairie du Souvenir est aussi un lieu favorable à la biodiversité. Avec la pratique de la «fauche tardive», les plantes ont le temps de pousser et de se reproduire,
      tout en offrant nourriture et refuge à la faune. Ici 9 espèces différentes d’orchidées sauvages se développent.
    • Histoire

      Trous d'hommes

      En rupture de pente, des trous servaient de protection aux soldats polonais qui étaient positionnés ici pour repousser les soldats allemands qui tentaient de gravir la « cuesta ».

    Profil altimétrique


    Lieux de renseignement

    Conseil départemental de l'Orne

    27 boulevard de Strasbourg, 61000 ALENCON

    https://www.orne.frpat.ens@orne.fr

    Accès routiers et parkings

    Stationnement :

    Parking du Mémorial

    Signaler un problème ou une erreur

    Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :