Sentier du Granite de la Roche d'Oëtre
>>
Accueil
>
Pédestre
>
Sentier du Granite de la Roche d'Oëtre

Sentier du Granite de la Roche d'Oëtre

Espace Naturel Sensible
Facile
2h30
7,9km
+194m
-193m
Boucle
Espace Naturel Sensible
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
La montagne au cœur de la Suisse normande
Le belvédère naturel de La Roche d’Oëtre, célèbre pour son "profil humain" surplombe de plus de cent mètres les Gorges de la Rouvre.
Rendez-vous des randonneurs et amateurs de nature sauvage, ce site chaotique et escarpé, restes du Massif Armoricain, abrite une faune et une flore exceptionnelle comme la moule perlière, la loutre ou la cladonie des rennes en sont quelques exemples.  À proximité, le " Pavillon de la Roche d’Oëtre "et la Maison de la Rivière et du Paysage accueillent et informent les visiteurs. La Maison du Paysage ouvre ses portes pour une pause café découverte.

Les 7 patrimoines à découvrir
Géologie

Géant de granite et de poudingue

La corniche de la Roche d’Oëtre et les gorges de la Rouvre sont issus de ce phénomène d’usure de la roche. Depuis ce belvédère secondaire, on peut observer le « profil humain », naturellement taillé dans le poudingue, une roche très résistante. Le poudingue repose, à mi-pente du précipice, sur une roche qui s’est extraite des « entrailles » de la Terre avant même la formation du poudingue : le granite.
Cette roche magmatique est abondamment présente dans les champs environnants mais aussi dans le lit de la rivière, sous la forme de blocs ou de sables.

Pondingue 
Composé d’un conglomérat de sables et de graviers apportés par les rivières avant le plissement, cette roche doit son nom au célèbre gâteau anglais.

Granite sain 
Le granit est le résultat du refroidissement lent, en profondeur, de grandes masses de magma, mises à jour par les plissements et l’érosion.

Granite « pourri »
Malgré sa « solide » réputation, le granite peut s’altérer en surface, « pourrir » et se transformer en sable qui voile partiellement la roche dure.

Cornéenne
Autour du granit s’est formé une auréole de roches métamorphosées par la chaleur des anciens magmas : les roches
cornéennes.
lire la suite
Point de vue

La Roche d'Oëtre : la plus vieille montagne de France

Nous sommes ici au bord d’un à-pic rocheux - la Roche d’Oëtre - dominant de 118 mètres la vallée de la Rouvre. C’est à la plus vieille montagne de France - le Massif armoricain - que l’on doit cette curiosité naturelle, emblématique de la « Suisse Normande », et aujourd’hui protégée par l’Etat et les collectivités locales. 
Le Massif armoricain s’est formé suite à deux plissements géologiques, survenus il y a plusieurs centaines de millions d’années. Ces reliefs ont été « gommés » par l’érosion au fil du temps, mais n’avaient, à l’origine, rien à envier à ceux des Alpes.
lire la suite
Flore

Des corniches préservées

Là où la roche est à nu, de nombreuses espèces de lichens et de mousses, dont certaines très rares, se sont développées à même la roche sur les zones plus ou moins inaccessibles de ces corniches de roches acides et bien exposées.

Succédant aux mousses et lichens dans la colonisation de sols nus,
des plantes annuelles, dites pionnières, investissent au printemps les « vires » rocheuses et le haut de ces corniches : Teesdalie à tige nue, Spergule printanière (protégée)...
lire la suite
Faune

Des landes rocheuses fragilisées

En arrière des corniches, le sol est plus épais mais toujours acide et pauvre en matières nutritives. C’est ici que se développe la lande sèche. Ce milieu est rare et fragile, car naturellement colonisé par les arbustes (ajonc d’Europe, Bourdaine) et les arbres (chênes, pins...). Il est fréquenté par divers insectes butineurs et autres espèces thermophiles (insectes, araignées, reptiles).

Les landes sèches sont caractérisées par plusieurs sous-arbrisseaux typiques : la Bruyère cendrée et la Callune. On y retrouve aussi des lichens, comme la Cladonie des rennes. Très fragile, la Cladonie croît lentement, jusqu’à plusieurs années pour former des coussinets de tiges ramifiées. Ce lichen rare est protégé en Basse-Normandie, il est notamment interdit d’arrachage.
lire la suite
Flore

Des bois à perte de vue

Divers types de boisements s’étendent de part et d’autre de la rivière. En haut de la pente, les sols peu épais ne laissent pousser que des chênes plus ou moins rabougris, des houx, des Polypodes des bois (fougère) ainsi qu’une fi ne graminée indicatrice d’acidité : la Canche flexueuse. Près de la Rouvre, le sol est plus riche et l’air se rafraîchit. Les espèces arborées (frênes, tilleuls, aulnes) et herbacées (Ail des ours, Jacinthes des bois, Anémones des bois...) se diversifient. De nombreux oiseaux et libellules profitent de ce milieu.

La rive boisée compte une multitude d’aulnes glutineux. Ces arbres des  sols humides participent au maintien des berges où pousse une fougère rare et protégée : l’Osmonde royale.
lire la suite
Géologie

Une rivière torrentielle

A la fin de la période glaciaire, la Rouvre, large et puissante, a creusé le plateau granitique et formé les gorges que l’on connaît
aujourd’hui. Bien que son lit soit plus étroit à présent, elle a conservé son caractère torrentiel : le débit d’eau peut être multiplié par 150 entre l’été (étiage) et l’hiver (crue).

La Rouvre 
Rivière courante et oxygénée, la Rouvre est le domaine de la truite et du chabot, mais voit aussi passer quelques grands migrateurs,
comme les saumons et les anguilles.

La moule perlière
La mulette perlière est une moule d’eau douce, très sensible à la qualité de l’eau. Rare en France, elle est menacée par la pollution des eaux.

La loutre 

La loutre passe quelques mois par an sur la Rouvre, où elle se nourrit des espèces les plus abondantes ou malades.
lire la suite
Flore

Des prairies naturelles

La vallée de la Rouvre présente un faciès particulièrement sauvage
jusqu’à la Maison du Paysage. A cet endroit, la vallée s’élargit et
permet le développement de prairies humides à sèches bénéficiant
aujourd’hui d’une gestion favorable à la biodiversité. Au printemps, on peut y voir des espèces protégées remarquables comme des orchidées (orchis grenouille et orchis bouffon).
lire la suite

Description

 
Départ : Saint-Philbert-sur-Orne : Site de la Roche d'Oëtre

Profil altimétrique


Recommandations

Chaussures de marche recommandées.

En raison des pratiques de chasse, le site est interdit au public les dimanches et jours fériés du 1er novembre à fin février et 2 à 3 fois par an, en raison des battues.

Lieux de renseignement

Conseil départemental de l'Orne

27 boulevard de Strasbourg, 61000 ALENCON

https://www.orne.fr

pat.ens@orne.fr

En savoir plus

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking du site de la Roche d'Oëtre

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :